TRIO / QUARTET / Lu, entendu…

 


 

« Le quartet est organisé autour des compositions de Julien Lallier et, plus particulièrement, autour des titres du projet "Tarifa". Avec La Niña de Velez Rubio où l'on arrive au coucher du soleil, c'est la nuit andalouse qui vient, quand la brise du soir rafraîchit les corps, puis la nuit s'enflamme de danse. La musique est plus émotionnelle que descriptive, le compositeur évite le piège de l'imitation. Nous avons l'idée de départ, un voyage en Andalousie, et la musique qui s'attache à transmettre les émotions qu'éprouve le voyageur. Notre imagination fait le reste. C'est à peine si parfois à titre de citation un motif mozarabe ou flamenco s'échappe du piano sous la main droite du pianiste. Les thèmes sont attachants, les musiciens très libres et créatifs dans leur chorus, l'ambiance est chaleureuse, le public le sent et manifeste son adhésion. La musique est à prendre dans son ensemble, tant est forte la cohésion du groupe. Si les points d'intérêts sont nombreux, nous avons particulièrement aimé le long solo de batterie qui ouvre Cadiz, tout de douceur et de délicatesse, où semble passer les bruits étranges de la nuit. Puis la trompette développe une mélodie rêveuse comme le songe éveillé du musicien face à la beauté de cette nuit andalouse, rêverie que poursuit la contrebasse jusqu'à la conclusion. Nous avons aimé aussi, dans le morceau Eclipse, après l'ouverture du bugle, ce solo de piano plein de mélancolie douce et joyeuse, la main gauche jouant un ostinato gai tandis que la main droite au centre du clavier égrène une mélodie grave. »
Michel Mathais / Jazz-Rhone-Alpes.com / 6/06/2016

«…On peut observer une grande écoute au sein du trio, qui ne laisse rien au hasard. Entre regards complices, effleurements de non-dits et rires francs, on s'embarque facilement dans le jeu de chat-souris qui prend place sur scène. Julien Lallier, dans un flux relax mais toujours concentré, révèle une impressionnante maîtrise de soi et, par conséquent, de son groupe. Une excellente soirée pour un trio en éclosion, on s'impatiente de les retrouver sur la scène lyonnaise …»
Philippe Maniez • / Jazz-Rhône-Alpes.com / 21/09/2009  
voir  

« En première partie de Robin MacKelle, ce soir, c'est un quartet parisien masculin qui nous emmène voyager au cœur de l'Espagne, non pas à travers de la musique traditionnelle mais par le biais d'un jazz classique aux accents lyriques. Les compositions de Julien Lallier sont sobres, et la poésie qui s'en dégage lui donne ce côté unique, cette faculté de mélanger le classique au traditionnel. L'harmonie entre les longues tirades au piano et les solos exceptionnels des autres membres du quartet, notamment l'excellent trompettiste / bugliste Jeff Baud, ponctue finement ce set d'une heure trente qui nous aura promené du coté de Tarifa, de Cadix ou de Jerez de la Frontera.
Côté ambiance, on retrouve la chaleur du sud dans la musique, tout comme dans le sourire et l'aisance de Donald Kontomanou, batteur talentueux à ne pas manquer, sans oublier bien sûr le discret mais très efficace contrebassiste Joan Eche-Puig. »
Jazz-letter.com / 6/08/2008  
 voir  

« Le quartet s'installe heureux vers l'horizon de ses propres compositions, et le public répond bercé de notes ouatées au plaisir des premières libertés d'impro. Au détour d'un morceau plus rythmé, il aura apprécié l'énergie joviale de Donald Kontomanou, batteur dont les impros virtuoses ont soulevé l'enthousiasme. Citant également le guitariste Kurt Rosenwickel, l'oeil exigeant et confiant, Julien lance Jeff Baud à la trompette et au bugle. Pour les tonalités et le toucher, c'est un sobre et impressionnant interprète !… tout le public peut encourager Lallier tant ses émotions font bonheur à partager. Un splendide solo de piano lance "Tarifa" et l'on vibre d'une majestueuse, sombre et troublante Andalousie.»
Sylvie Torres •/ Le Dauphiné Libéré •/ 6/03/2008   voir  

« Julien Lallier au piano, Jeff Baud à la trompette, Joan Eche-Puig à la contrebasse et Donald Kontomanou à la batterie ont offert une remarquable prestation qui peut provoquer une onde de choc. Le public, profondément touché par le jazz du Julien Lallier Quartet, aux multiples couleurs et si riche en émotions, en vibre encore. »
Courrier de l'Ouest •/ 12/03/2007    voir  

« C'est un carnet de voyage qu'a proposé le quartet avec, pour exemples, ces deux compositions originales évoquant l'Andalousie. Tarifa, un morceau qui démarre sur une intro au piano aux allures des gymnopédies d'Eric Satie, ety puis Satie s'estompe, car le jazz de Julien Lallier s'annonce venu d'ailleurs, plein de fraîcheur et d'originalités »
Ouest-France •/ 9/03/2007  voir  

«... Le Hot Club de Lyon s'est offert un beau festival avec une programmation de qualité (…) Le lendemain le duo Michel Portal et Baptiste Trotignon a été un véritable bain de jouvence (…) les premières parties ont confirmé de jeunes talents en devenir comme Drawbars, le trio très prometteur de l'organiste David Bressat, ou encore l'extrême lyrisme du jeune pianiste et compositeur Julien Lallier »
Frédéric Bruckert •/ Progrès de Lyon •/ 5 mars 2007   voir  

« …le jeune pianiste leader a déjà un univers musical bien à lui, comme en témoignaient mardi soir les thèmes du concert, composés par lui à la suite d'un voyage en Espagne.
Les morceaux de Julien Lallier se situent de la sorte entre le carnet de voyage et le journal intime, à l'image de cet emblématique "Tarifa", magnifique diptyque introduit longument au piano seul. Les trois autres musiciens du quartet : Jeff Baud à la trompette et au bugle, Benjamin Body à la contrebasse et Donald Kontomanou à la batterie intervenaient ensuite pour développer le thème, où chacun pouvait trouver des réminiscences du dialogue Bill Evans-Miles Davis (époque "Kind of blue"), voire des morceaux hispanisants de Chick Coréa. Prestigieuse filiation, n'est-il pas ?…»
Courrier de l'Ouest •/ 10/02/2006    voir  

« Pari réussi pour Ronan Rocher, responsable des animations de la Ville, qui a fait découvrir à près de 500 personnes, le jeune Quartet de jazz animé par le pianiste Julien Lallier, accompagné de Jeff Baud à la trompette, de Donald Kontomanou à la batterie et de Benjamin Body à la contrebasse.
Le public réuni sur la Place du Môle, vendredi soir, acclamait debout les quatre jeunes jazzmen français qui pendant une heure trente, ont interprété un répertoire de leur création ou d'improvisation ; inventive, imaginative, leur musique parfois inspirée de carnet de voyage est un harmonieux mélange de jazz actuel et de mélodies traditionnelles. Comme le soulignait, Julien lallier interviewé après le spectacle : le jazz ne doit pas conserver cette image de musique élitiste ; ce sont des sons et des émotions que nous souhaitons faire partager à tous les publics. »
Presse Océan •/ 25/07/2005   voir  

«…… Julien Lallier enveloppe la musique, caresse son clavier et triture les cordes. Il se joue des académismes et épouse son instrument à la perfection, à la manière du grand pianiste de jazz américain Brad Melhdau, et entraîne ainsi ses deux partenaires dans les dédales d'un jazz classique aux multiples influences. Ses attaches pour l'Espagne et le voyage en général se retrouvent dans la volupté du geste et de ses compositions. Donald Kontomanou le batteur et Benjamin Body le contrebasiste ont signé de leur côté quelques prouesses techniques qui ont fait sensation ……»
Anthony Bellanger •/ Courrier de l'Ouest • / 16/06/2005 voir  

« … Si les partitions du Julien Lallier Quartet empruntent certes aux charmes de ses maîtres qu'il affectionne, on est séduit par les prestations de son combo dont les pulsations sonores viennent directement orner les sensibles compositions du jeune pianiste. S'ouvrent à nos oreilles de larges champs mélodiques où trouvent à se faufiler une course poursuite à pattes de chat ou une scène tourbillonante. Les quatres acteurs s'identifient par une virtuosité affirmée, sans omettre l'esprit d'ensemble. Quelques solos discrets servent de virgule musicale pour ponctuer davantage les morceaux, jamais en démonstration… »
Presse Ocean •/ 25/10/2004  voir  

 

__________________________________________________________________________________________________________________

© Crédits photo : jazz.rhone-alpes.com